Les danses folkloriques du Paraguay

Les danses traditionnelles paraguayennes sont nombreuses. Elles font partie intégrante de la culture du pays et rythment les fêtes et cérémonies.

 

Ballet Kamba Kua au Paraguay

Ballet Kamba Kua au Paraguay

À environ 10 km à l’est d’Asunción, dans le quartier Loma Campamento de la municipalité de Fernando de la Mora, la communauté Kamba Kua, d’ascendance africaine et très catholique, organise depuis plus de 190 ans, une grande fête en l’honneur du St Patron, Saint Baltazar, l’un des rois mages. C’est autour de danses africaines rythmées au son des tambours que la communauté, vêtue de rouge et jaune, rend hommage au passé en conservant les pratiques et coutumes africaines. Cet évènement veut promouvoir la diversité culturelle en mêlant rites africains, chrétiens et guaranies.

Danse traditionnelle Kamba Kua, Paraguay

Originaire du Guarani, Kamba Kua autrement dit « grotte des noirs » est le nom donné à la communauté afro-paraguayenne. Cette communauté nait de l’exil du militaire uruguayen José Gervasio Artigas vers le Paraguay en 1820. En effet, la plupart de ces familles descendent d’esclaves et de noirs libres au service de ce général durant la guerre d’indépendance de l’Argentine et de l’Uruguay. La présence d’afro-paraguayens plus connus localement sous le nom de « pardos » (= les marrons) date de la période coloniale puisqu’ils représentaient en 1785 près de 11% de la population totale du Paraguay.

 

Danza de la botella

La danza de la Botella, Paraguay

Cette danse fait partie du folklore paraguayen. Elle a la caractéristique d’être pratiquée uniquement par les femmes et de manière individuelle. Elle requiert d’avoir un grand sens de l’équilibre car la danseuse superpose, à mesure que la danse progresse, une à six bouteilles sur la tête, parfois plus. Traditionnellement, elles ont une ou deux bouteilles. Son origine remonte à l’époque où les femmes offraient des bouteilles d’eau aux paysans en guise de remerciement au Saint Patron pour ses faveurs. Elles les transportaient habilement sur leur tête. On pratique la Danza de la Botella lors de divers évènements nationaux, populaires, traditionnels. Guidée au rythme de la polka paraguayenne, la danseuse s’exprime à sa façon, les bras étendus sur les côtés en faisant des mouvements délicats et élégants.

 

El London Karapé

Danse London Karapé

Danse de couple traditionnelle du Paraguay depuis le milieu du XIXe siècle, le London Karapé serait une dérive de la danse londonienne nommée « londres ». Il fut introduit par Elisa Lynch, compagne du Président Francisco Solano López. Cette danse s’est adaptée au Paraguay. Le terme guarani Karapé fait à la fois référence au peuple paraguayen et aux différentes figures accroupies qui obligent les danseurs à être abaissés ou « karapé ». Le London Karapé se danse en cercle et se pratiquait aussi bien dans les salons officiels que dans les espaces paysans.

 

La Danza Cuadrilla

Equipe danse paragayuenne

C’est une danse de salon héritière de l’ancienne contredanse française du XVIIIe siècle. Elle a été très pratiquée du début du XIXe siècle jusqu’à la première guerre mondiale. Cette danse traditionnellement carrée regroupe quatre danseurs par paires.

 

La Danza Golondrina

Danse Golondrina

Produit de la culture guarani et européenne, cette danse est très appréciée par les Paraguayens. Le mot ‘‘golondrina’’ signifie hirondelle, cette danse se caractérise donc par des gestes doux et gracieux, imitant ainsi les mouvements de ces oiseaux. Elle se distingue de même par la variété de ses rythmes, à base de polka, de valse, de menuet et d’acriollada mazurka. Cette danse a également sa propre musique, appartenant aux danses précédemment citées. Parmi les compositeurs les plus connus, on trouve Aristóbulo Domínguez, Julián Rejala et encore Luís Szarán. Durant cette danse, six étapes au caractère cérémonial sont respectées.

 

La Danza Palomita de 4 parejas

Danse Palomita

Originaire du Noreste, cette danse du XIXe siècle fait partie des plus populaires de son époque. Comme son nom l’indique, la Palomita de 4 parejas imite la danse amoureuse du pigeon – la paloma – et se pratiquait avec 4 couples de danseurs. L’homme prend le rôle du palomo, poursuivant la femme, la paloma, qui se laisse conquérir à la fin de la danse. Les pas, grandement influencés par la polka, sont simples à réaliser. Il existe jusqu’à cinq versions de cette danse, qui varient le nombre de protagonistes et avec une chorégraphie légèrement plus travaillée.

 

La Danza Pericón

Danse Pericon

Le Pericón se réalise dans divers pays d’Amérique du Sud comme l’Argentine, l’Uruguay, le Chili. Au Paraguay, elle est moins populaire et se danse uniquement lors d’évènements culturels et scolaires. Il y a plusieurs couples, allant jusqu’à 16 personnes, et changent simultanément de partenaire durant la chorégraphie. Munis d’un mouchoir, les danseurs forment des chaînes de plusieurs lignes et changent constamment de position. Vers la moitié de la chanson, l’un d’entre eux cri ‘‘Alto’’, interrompant ainsi la danse et la musique. Il récite alors un verset picaresque, narrant les aventures d’un héros rebelle et intrépide.

 

La Danza El Cazador

Danse El Cazador

Cette danse traditionnelle est une fois de plus inspirée de la nature. Elle représente une scène de chasse d’un oiseau, seule espèce représentée dans les danses paraguayennes. La femme représente l’oiseau et l’homme le chasseur. Ses racines sont encore incertaines, elle serait entre autres née à partir d’une musique italienne qui fut très populaire dans les années 1850 et caractéristique de cette danse. Il existe deux chorégraphies distinctes, et c’est actuellement la danse la moins pratiquée du pays.

 

La Danza El Cielo

Danse El Cielito

Le Cielo o Cielito est une danse venue d’Argentine, qui s’est transférée durant le XVIe siècle dans le Río de la Plata. De celle-ci naissent une multitude de danses : Cielito Santa Fe, Cielo Chopĩ, Cielo Ataque Cielo Tacuara ou encore Cielo Alegre. Le Cielo Chopĩ est l’une des plus connues. Le terme Chopi renvoie à une espèce d’oiseaux présent au Paraguay. Son chant particulier qui semble dire « chopi, chopi » lui a valu ce nom. Cette danse appartenant à la base à la grande société peut se pratiquer en costume d’époque ou en costume folklorique. Elle possède sa propre musique, une mélodie très gaie et variée.

 

La Danza El Solito

Danse el Solito

Typique du pays, l’origine de cette danse reste floue. Il est probable qu’elle provienne des et date du XIXe siècle par ses influences de polka paraguayenne. Pittoresque, elle est très sollicitée pour divers événements. Son nom solito – seul en français – provient de la chorégraphie, où l’un des protagonistes danse à l’aide d’un balai, en essayant de ‘‘dérober’’ une partenaire à un autre danseur. Il existe plus de 5 chorégraphies distinctes.

TOUT SAVOIR SUR LE PARAGUAY

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Contenu est protégé.