L’artisanat guaraní

L’artisanat paraguayen s’est également fondé sur l’histoire des guaranis.

 

L’artisanat paraguayen, un mélange de traditions

Artisanat guarani

L’artisanat actuel repose sur toutes les traditions ancestrales, et notamment l’époque des Jésuites au XVIIe siècle. Les indigènes ont tout d’abord commencé par travailler la laine en fabriquant des ponchos et des sacs. L’artisanat paraguayen est aussi riche qu’authentique. Aujourd’hui encore, les artisans continuent d’utiliser le bois, les graines, les plumes et d’autres matériaux issus de la nature pour confectionner ce dont ils ont besoin. Certaines zones sont d’ailleurs plus spécialisées dans l’utilisation d’un matériau plutôt qu’un autre ; une région se sert davantage du bois quand une autre utilise le cuir, la céramique, le bois, la laine… Il est important de distinguer deux types d’artisanat : l’artisanat indigène et l’artisanat métis, influencé par les anciennes migrations européennes. Le savoir-faire indigène comprend la vannerie, la céramique, le tissage, la sellerie et l’art des plumes, tandis que l’artisanat métis comprend la broderie, la dentelle, les sculptures sur bois et les produits en métal.

La région de l’Alto Paraguay et celle de Concepción se dédient principalement à l’utilisation du cuir et du bois, alors que les régions autour de la capitale utilisent le coton, la céramique, le filigrane …

 

Le bois

Masques guaranis

Le bois est un matériau essentiel au Paraguay, pays où la forêt et les grands arbres dominent. Connu pour sa qualité et sa longévité, il a toujours été employé dans l’artisanat local. À l’époque des guaranis, le bois était notamment utilisé pour la fabrication de masques, portés lors de fêtes ou de célébrations religieuses. Ils représentaient alors les visages de divinités, des personnages mythologiques, d’indigènes… Même des siècles après, ces masques illustrent encore toute l’histoire, les coutumes et les traditions de ce peuple.

L’art de la sculpture du bois de façon beaucoup plus technique et raffinée commence au XVIIe siècle avec l’arrivée des Franciscains puis des Jésuites venus d’Europe. Ce sont eux qui font émerger l’art dans les communautés locales, ils apprennent aux guaranis le travail manuel ainsi que certaines notions sur l’art. Les masques se perpétuent et d’autres créations en bois voient le jour comme des bijoux, des instruments de musiques, statuettes d’animaux… Les sculptures font la plupart du temps référence à la religion et aux racines indigènes. C’est plutôt dans la région d’Altos que se trouvent la création et la production des masques ancestraux guaranis. Même s’ils sont bien moins utilisés de nos jours il arrive que les Paraguayens recoiffent leurs masques pour une occasion spéciale ou lors de fêtes traditionnelles. Les masques sont aussi très utilisés en tant que pièce décorative.

 

La laine de lama et le cuir

Art guarani

La laine de lama est utilisée pour de nombreuses confections comme des sacs, des vêtements, des couvertures, des hamacs… Elle est travaillée en particulier dans le sud du pays notamment dans la région de Misiones.

La peau de bête est un matériau naturel commun dans l’art guarani. Selon la façon dont il est travaillé,  le cuir peut avoir de nombreux usages. Les guaranis avaient bien compris sa polyvalence, et l’ont adapté dans leurs confections pour subvenir à leurs besoins. Les premières utilisations du cuir par les guaranis étaient vouées à la fabrication des guampas (récipient qui peut s’apparenter à une tasse pour contenir le téréré) ainsi que des vêtements. La tradition continue, et ce savoir-faire se perpétue toujours. Il est utilisé pour faire des objets, des vêtements, des selles pour monter les chevaux, des ceintures, des chaussures…

 

La céramique

Céramique guaranie

L’art de la boue est une grande tradition chez les Guaranis. La fabrication de la céramique était essentiellement pratiquée pour produire des vases, des plats divers ainsi que des urnes funéraires et autres pots. Afin d’augmenter l’élasticité, la résistance mais aussi pour diminuer la porosité de l’objet fabriqué, était ajouté à l’argile un autre matériau : le Takypé. Les techniques de fabrication utilisées sont très rudimentaires et propres à chaque territoire Guarani. Après la cuisson de l’objet à l’air libre, l’étape suivante est celle de la décoration. À travers les connaissances Guaranis et souvent sous la forme de peinture, les couleurs sont issues de leur propre environnement. Toutes les étapes sont réalisées par la même personne, une femme, du début à la fin. Comme si la céramique Guarani était une activité ancestrale innée, c’est un savoir-faire qui se transmet de génération en génération.

 

Le roseau

Oeuvres guaranies

Le roseau est un matériau naturel important, notamment dans le cadre de la vannerie, un art particulièrement prisé par les guaranis. Il permet la fabrication de nombreux objets de manière tressée comme des paniers, des tamis, des chapeaux, des corbeilles…

L’art guarani est encore bien présent dans la culture locale, même des siècles plus tard. Aujourd’hui, les artisans voient un nouvel avenir pour leurs créations avec la vente en ligne. Ce nouveau moyen de commercialisation leur permet d’être plus visible, de gagner en notoriété et de vendre davantage afin de pouvoir vivre de leur passion.

TOUT SAVOIR SUR LE PARAGUAY

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Contenu est protégé.